dimanche 12 novembre 2017

La Presse: 1884-2017 (?)

Le journal La Presse est fondé en 1884 par William-Edmond Blumhart. Il s’agit alors du journal d'une faction de Conservateurs qui soutient  Joseph-Adolphe Chapleau, alors en conflit avec un autre membre du cabinet  de John A. MacDonald, Hector-Louis Langevin. Blumhart fonde tout d’abord un journal nommé Le Nouveau Monde, afin de concurrencer le journal de ses adversaires, Le Monde. Mais sous la menace d’injonctions et de poursuites, il décide de fonder un nouveau journal qui paraît pour la première fois le 20 octobre, La Presse.

BAnQ via Wikipédia
En 1889, Trefflé Berthiaume prend le contrôle du journal et il en devient officiellement propriétaire en 1894. La Presse supporte alors plus ou moins ouvertement les libéraux de Laurier. En 1904, Trefflé Berthiaume vend son journal au conservateur David Russell. Mais  grâce à l'intervention de Wilfrid Laurier, il rachète a son journal en 1906, le ramenant ainsi dans le giron libéral.

Trefflé Berthiaume meurt en 1913. Malgré de nombreuses querelles de succession, La Presse demeurera entre les mains de la famille Berthiaume-Du Tremblay jusqu'en 1967. Le journal est alors acheté par Trans-Canada propriété de Power Corporation. À partir de 1968, tous les journaux de la compagnie de Paul Desmarais sont regroupés dans la nouvelle filiale Gesca.


Premier média de masse francophone

La Presse (avec le Montreal Star du côté anglophone), sera au tournant du 20e siècle l'exemple le plus frappant du passage de la presse d'opinion à la presse d'information, alors que le contenu du journal et sa présentation changent radicalement, On peut facilement le constater en comparant la une du journal en 1884 et en 1912.

La presse québécoise de 1884 à 1914: genèse d'un média de masse, p. 208

La presse québécoise de 1884 à 1914: genèse d'un média de masse, p. 208


La nouvelle occupe désormais une place de choix au détriment du commentaire politique et l'illustration et les grands titres changent l'apparence du journal. Le contenu est diversifié, de nouvelles pages sont créées afin de rejoindre tous les membres de la famille. On obtient ainsi un lectorat plus nombreux et varié, ce qui permet de remplacer le financement traditionnel, qui provenait principalement de partis politiques et d’abonnements coûteux, par les revenus publicitaires. Cela permet de baisser le coût de la copie, ce qui favorise aussi une hausse du lectorat. On qualifie La Presse et Le Montreal Star de premiers médias de masse du Québec. La Presse connut notamment un grand succès dans les milieux ouvriers grâce aux chroniques de Jules Helbronner, qu'il signait Jean-Baptiste Gagnepetit et où il prenait  la défense des travailleurs et des locataires.

Conflits de travail

Plusieurs conflits de travail vont marquer l'histoire de La Presse. Suite à la grève de 1958, on introduit la signature des articles, ce qui ouvre une nouvelle ère de vedettariat dans le monde des journalistes. La grève de 1964, qui se transforme en lock-out de sept mois, sera marquée par l'apparition d'un concurrent redoutable, Le Journal de Montréal. Un autre lock-out, entre 1971 et 1972, fera perdre des lecteurs au profit du Journal de Montréal et du Montréal-Matin. Les difficultés financières apportées par une nouvelle grève en d'octobre 1977 à avril 1978 entraînera la fermeture du Montréal-Matin et de La Patrie, des journaux que La Presse avait acquis dans le but de mieux concurrencer le Journal de Montréal.

Virage technologique

Le premier édifice de La Presse rue St-Jacques, occupé à partir de 1900.
 Par Jeangagnon via Wikimedia Commons 
Depuis quelques années, La Presse est à nouveau au cœur de grandes transformations dans le monde des médias écrits, ayant été le premier journal québécois à créer une application tablette La Presse + est apparue en avril 2013. L’édition papier du quotidien est supprimée à la fin de l’année 2015 et la disparition complète du papier est prévue pour la fin de l’année 2017 avec la suppression de l'édition papier de La Presse du samedi.

Ce qui amène une question sémantique pour l’auteure de ce blogue sur l’histoire des journaux. Le média La Presse existera toujours, mais parle-t-on encore de journal? D'ailleurs, quand il n'y aura plus de version papier, est qu'on continuera à préciser «La Presse +» ou si on revendra simplement au nom La Presse? À suivre...

Principales sources:

  • André Beaulieu et Jean Hamelin:  La presse québécoise des origines à nos jours.
  • Jean de Bonville: La presse québécoise de 1884 à 1914: genèse d'un média de masse
  • Dictionnaire biographique du Canada
  • BAnQ (ressources numériques, périodiques)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire